Au pays de la liberté, la pudeur n’existe pas

Si vous prenez le Dictionnaire Français Larousse, on vous donnera ces définitions du mot « pudeur ».

– C’est une disposition à éprouver de la gêne devant ce qui peut blesser la décence, devant l’évocation de choses très personnelles et, en particulier, l’évocation de choses sexuelles.

– C’est aussi la discrétion, la retenue, qui empêche de dire ou de faire quelque chose qui peut choquer l’autre, surtout en matière de sexualité.

L’amour en public, n’est point une pudeur pour l’européen

Malheureusement ces définitions semblent ne pas concerner certains européens. Ces derniers ont décidé de rayer tout simplement de leur dictionnaire le mot « pudeur ».

Vaut mieux fermer souvent les yeux en tant que benguiste sur certains scènes
Vaut mieux fermer souvent les yeux en tant que benguiste sur certains scènes

Bienvenue en France, au pays de la liberté

Ici, on s’embrasse. On s’amourache dans les rues, bref partout où bon semble. On n’hésite même pas à se caresser, à se peloter, à toucher parfois quelques parties intimes de l’autre aux yeux de tous. C’est quoi la pudeur même?

Vous avez dit pays de la liberté ? Eh bien, nous y sommes. Alors tout est permis n’est-ce pas ?  La pudeur n’a donc pas sa place ici. Pourquoi se plaindre ?

Allez, portez toutes sortes de tenues qui vous enchantent. Embrassez-vous, ne faites surtout pas attention aux regards indiscrets des autres. Nous sommes au pays de la liberté.

A la plage ? Non n’en parlons même pas, si vous y allez fermer vos yeux ou porter des lunettes  fumées (noires). La devise de la France n’est-elle pas suffisamment claire ?

logo-France

Liberté, oui soyez libres de tout faire même de faire même ce qu’on fait dans une chambre à deux en public, comme des amoureux qui ne dorment pas ensemble.

– Egalité, oui nous sommes tous égaux du moment où jeunes, adultes et même adolescents s’embrassent tous dans les rues devant des personnes âgées, devant leurs parents comme si de rien n’était.

– Fraternité, oui parce toutes ces scènes ou démonstrations relèvent de la solidarité, du lien fort qui unie les uns avec les autres. N’est-ce pas?

Et dire que tout juste à côté, en Belgique précisément, on autorisera bientôt le sexe à partir de 14 ans?! N’est-il pas bien de cultiver et surtout de faire l’amour ? Faire l’amour, est-ce un crime ? L’amour rien que l’amour. Oh l’amour !

Wobou: étonnement, surprise...
On ne peut qu’être étonné(e), surpris (e)…

Quelques expériences vécues ou entendues par des benguistes

Une amie à Paris me racontait qu’un jour, deux jeunes français (garçon et fille) s’embrassaient avec tellement de fougue à chaque seconde dans le métro que cela a interpellé plus d’un.

Un adulte africain qui se trouvait devant eux, exaspéré, leur a lancé ceci: « Salut les tourtereaux, vous ne voulez pas que je me joigne à vous ? Si si, ça sera super non ? On a tous envie hein, que croyez-vous…un peu de retenue et de pudeur, vous nous fatiguez à la fin… ». Ce fut un fou éclat de rire dans le métro.

Un soir, alors que je rentrais tout fatigué de la fac, j’ai été interpellé par deux jeunes filles blondes assises juste derrière moi. Elles causaient en toute liberté.

Voici un extrait de leur tendre conversation : «  Bah écoute mon copain, lui, il refuse toujours de porter la capote. Je suis un peu fatigué de le lui rappeler. Mais bon je ne peux rien. Je suis habitué maintenant et j’avoue  que c’est quand même pas mal en tout cas (riiire)… »

Et son amie d’ajouter «  Oui, j’imagine, c’est vraiment trop cool souvent de le faire sans non ?  On ressent une sensation tellement forte et intense… ». Puis, elles éclatèrent de rire dans le bus. Eh oui, c’est dans un bus que toute cette scène se passait. Je vous épargne le reste de leur conversation.

Un dernier exemple ? Allez, ne soyez pas pudiques, Ne vous privez surtout pas nous sommes au pays de la liberté après tout non ?

C’était un soir, entre amis, nous étions assis autour d’un plat de couscous et de viande de dinde et bien d’autres choses. Il fallait mettre de l’ambiance, en se partageant des histoires drôles.

Alors, un de mes amis, qui enseignait dans un collège privé, nous raconta cette histoire, qui peut-être vous marquera ou choquera, c’est selon.

« Un jour, j’ai surpris des collégiens, ils avaient à peine 12 ou 14 ans entrain de s’embrasser farouchement dans la cour de l’école.

Etonné et choqué, j’ai toute suite fais signe au directeur. Celui-ci en regardant la scène par les vitres de son bureau s’est empressé de déclarer ceci : Oh l’amour ! Que c’est beau d’admirer ces deux tourtereaux n’est-ce pas ? … ».

Imaginez-vous-même la suite. C’est clair, la réponse resta nouée dans la gorge de mon ami. On le voit, cette précocité sexuelle peut engendrer des déviations de tous genres…

Vie sexuelle en Afrique, un vrai tabou

Pourtant chez nous en Afrique, c’est un véritable tabou d’évoquer des sujets à caractère sexuel surtout en public. A moins qu’il soit né ou ait grandi en Europe, l’africain est de nature pudique. Vous verrez rarement deux africains amoureux s’embrasser ou s’amouracher dans la rue sauf dans les lieux privés ou des endroits obscurs.

Selon le journal, leconomiste.com, trois adolescents ont d’ailleurs été mis en détention au Maroc pour  s’être embrassés en public et avoir publier plus tard cette photo de baiser sur Facebook. En savoir plus ici.

au pays de la liberté, la pudeur n'existe pas

Much Loved, le film du cinéaste marocain Nabil Ayouch qui a remporté un prix à Cannes n’a-t-il pas été censuré ? Censuré, parce qu’il met en avant le quotidien de quatre prostituées vivant à Marrakech.

Et bien entendu, toucher à un sujet tabou, comme la prostitution, en utilisant un langage cru et très osé est intolérable pour les autorités. Les censures portant atteintes à la pudeur dans les pays africains, il y en a et il en aura toujours.

Quel africain osera présenter son ou sa petite ami (e) à ses parents dans sa jeunesse ou son adolescence ? Les parents ont eux-mêmes du mal à aborder les questions de sexualité avec leurs propres enfants.

Pour l’africain, tout ce qui concerne la sexualité reste dans le plus grand secret, comme dirait l’autre tout se passe et reste dans la chambre. C’est ce qu’on appelle la pudeur !

C’est justement cet état de fait qui fait que lorsqu’un africain  ou un benguiste débarque en Europe, il est, à première vue  étonné, choqué devant toutes ces scènes impudiques. Mais bon après cela passera peu à peu !

Mais ne croyez pas que, parce qu’ils sont pudiques, les africains sont des novices en matière de sexe. Non et non ! Allez demander le nombre des membres d’une famille. La polygamie en Afrique, les grossesses précoces…ça vous dit ? ( Il y a aussi souvent un peu d’impudeur en Afrique ; il faut le reconnaître ).

Ce qu’il faut tirer de la vie sexuelle européenne

S’il y a une chose à retenir de la vie sexuelle des européens par les africains, c’est que malgré tout, c’est une bonne chose de cultiver l’amour.

Même si cela se fait impudiquement, on retient que cela relève de leur nature, de leur culture, de leur éducation. Même si on sait surtout que cet amour à l’européenne se solde parfois par un taux élevé de divorce contrairement au nôtre.

Et on ne peut pas très bien leur reprocher cela. Eux au moins, ils font l’amour. Nous africains n’est-ce pas les guerres ou les violences qui nous plaisent ? Moi je préfère l’amour à la guerre. Faisons l’amour, pas la guerre ! Mais de grâce avec un peu de pudeur.

6 commentaires Ajoutez le votre

  1. Emile Bela dit :

    « Faisons l’amour, pas la guerre ! Mais de grâce avec un peu de pudeur. »
    Voila la phrase qui m’a le plus marqué de ce magnifique billet. On n’éprouve vraiment pas de difficultés à te lire cher ami.
    On en redemanque encore.

    Amitiés

    1. Merci très cher Emile, j’en suis flatté.

      Je crois que c’est réciproque. Je prends toujours du plaisir à te lire. Merci d’être passé par ici.

      A nous revoir pour nouveau billet de toi ou moi. Qui sait?

  2. Guy Muyembe Guy Muyembe dit :

    Je réfuse de croire en la thèse de l’Africain pudique et de l’Européen impudique.Tout est question de mode mon cher avouons-le. Sais-tu qu’il fût une époque où un européen n’avait même pas le droit de dancer en public avec une femme en la touchant par les bras? C’était il n’y a pas si longtemps à l’époque du moyen âge. D’autre part tu es sans ignorer que nos ancêtres africains né avant l’arrivée des blancs se promenaient tout nu sans se gêner. Je suis prêt à parier que d’ici quelques decennies la mode nudiste gagnera aussi l’Afrique.

    1. Très cher Guy quand tu dis: « Je suis prêt à parier que d’ici quelques decennies la mode nudiste gagnera aussi l’Afrique. » Ca veut dire quoi?

      Ça veut tout simplement dire que l’Afrique n’est pas au même niveau de nudisme que l’Europe: ça c’est clair.

      Aussi si te lis entièrement l’article tu verra que j’ai noté que certains africains étaient aussi impudiques que les européens voire plus alors c’est justement une affaire de mode. Sur ce fait on se rejoint.

      Lorsque tu parles de nos ancêtres nus à l’époque, ce qui est exact, eux ne s’amourachaient pas comme ça en public. C’était l’ancienne civilisation que le blanc est venu corriger. Ca n’a rien avoir avec l’impudicité. C’était leur mode de vie.

      Bon cela date de l’époque. Moi je te parle du constat d’aujourd’hui. Il est là, clair. Je n’ai rien inventé.

      Après tu ne peux ne pas etre d’accord avec moi. C’est normal on ne peut pas avoir la même opinion sur sujet. Ca devient un problème d’opinion.

      Bien à toi, merci surtout d’être passé!

  3. NYA dit :

    Billet très intéressant 🙂
    J’ai beaucoup rigolé et comparé.
    Mais il faut dire qu’il n’y a pas que les Africains qui n’aiment pas l’impudique, chez les Indiens c’est pareil !
    Du coup, je me suis sentie à ta place avec les même réflexions que toi !

    1. Merci très cher, tu nous apprends bien des choses surtout sur les indiens et leur sexualité ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *