Réseaux sociaux : faites le bon choix

Cela fait deux semaines. Deux semaines que Kady, la star du quartier, est à la recherche du petit Narcisse, l’informaticien. La semaine dernière, il était en « compo » donc indisponible. Hier encore, c’était lui qui dormait – à 22h déjà pensait-elle ?

Aujourd’hui, on lui apprend qu’il est sorti. Mais Kady est plus que jamais motivée à l’attendre. Même si c’est à 3 heures du matin. Quand on lui demande pourquoi elle désire le voir à tout prix, elle répond sans hésiter : « C’est pour renseigner les informations de mon compte Facebook ! ».

A l’instar de Kady, les passionnés -que dis-je, les accros des réseaux sociaux sont nombreux. Pour certains, la passion se résume à publier leurs photos ou un statut à chaque secondes et minutes qui passent. Pour d’autres, la passion consiste à commenter obligatoirement toutes les publications. Il faut « liker » partout,  que ça plaise ou non.

Et si vous prêtez attention, vous remarquerez qu’ils passent des nuits blanches sur les réseaux sociaux, comme s’ils étaient des outils de veille.  Connectez vous à n’importe quelle heure, ils seront toujours présents sur Facebook, Twitter, Instagram, Snachapt, Pinterest ou LinkedIn. Ce sont les premiers à vous saluer et les derniers à vous souhaiter une bonne nuit.

Facebook, l'un des réseaux sociaux les plus populaires
Facebook, l’un des réseaux sociaux les plus populaires. Crédit Libre Photo: Pixabay.com

Aujourd’hui, les données ont changé. Le monde technologique évolue, et les utilisateurs avec. Les réseaux sociaux ne sont plus ces espaces où l’on vient uniquement exposer sa vie privée ou raconter son quotidien. Non ! A votre avis, croyez-vous que les gens sont intéressés par ce que vous faites au quotidien ? Les publications du genre :

« Coucou, au menu ce midi chez moi, c’est de l’attiéké, poisson grillé… »

« Salut, moi et mon amour, nous vous souhaitons une bonne journée »

«  Hi, les amis, que pensez-vous de ma nouvelle coiffure et de ma nouvelle tenue, chic non » ?

Franchement croyez-vous que ces publications sur les réseaux sociaux soient utiles ?

En quoi votre « n’dolê » ou votre nouvelle coupe de cheveu devrait intéresser les autres, ou représenter quelque chose d’important pour les autres ? Dites-nous, parce que j’ai quelque fois du mal à comprendre.

Pourquoi tout ce tapage « social média », ce bruit, ces «tralala» ? Ne croyez-vous pas en abuser souvent ? Qu’est-ce que cela vous apporte ? Ah oui, vous me direz que c’est du « buzz ».

Vous me faites rire.  Plein de « likes » ou « j’aime », c’est ça ? Si on devait économiser ou comptabiliser les « j’aime », c’est clair, vous seriez riche ou une star. Malheureusement pour vous, tout ça, n’est que virtuel ; eh oui VIRTUEL ! Alors, revenez à la réalité.

La réalité, c’est que malgré vos 4 000 amis et vos nombreux abonnés sur les réseaux sociaux, vous n’avez toujours pas d’emploi ou de situation stable. Ne pensez-vous pas que ce serait idéal de profiter justement des réseaux sociaux à bon escient ?

Récemment, un ami m’a demandé ceci : « Mais, Benjamin, pourquoi postes-tu ta recherche de stage sur ton profil Twitter ». Je lui ai répondu : « Cher ami, veux-tu que je poste ma demande de stage ? Hein ? ».  Quelques jours plus tard, j’ai reçu des appels et  obtenu des entretiens. Sincèrement, je crois que les réseaux sociaux peuvent être très utiles en ce sens.

En effet, aujourd’hui,  plusieurs personnes ont compris l’utilité des réseaux sociaux. Elles ne s’attardent plus sur des futilités, mais plutôt sur les avantages. Par conséquent, plusieurs trouvent de l’emploi, des stages, du business, des « gombos », des contrats grâce aux réseaux sociaux. D’autres exercent même leur activité sur et grâce aux réseaux sociaux.

Cela leur permet, soit de gagner leur vie, soit de tirer profit des avantages qui leurs sont offerts (voyages, conférences, séminaires…). Cyprien, l’un des français les plus influents de YouTube vous connaissez ? Savez-vous combien il gagne grâce à ses vidéos sur son compte ?  Entre 26 000 et 29 000 euros net par mois. Eh oui !

https://www.youtube.com/watch?v=k1VgKsUp7FA

Donc, je reviens pour vous dire de bien continuer à raconter votre vie sur les réseaux sociaux. Pendant que d’autres choisissent de gagner leur vie grâce à ces mêmes canaux.  Mais comme on le dit, de toutes façons,  la vie est un choix.  Kady, elle, a opéré le sien.

Pour l’heure, moi et mes amis bloggeurs, avons choisi d’utiliser les réseaux sociaux, plus particulièrement  pour partager nos billets, nos articles, nos opinons et bien d’autres choses. Des choses utiles !

PS: Je vous invite justement à retrouver et à lire  les articles d’autres challengers du #TBC sur le thème de ce mois: « Utilisation utile et limites des réseaux sociaux au quotidien ».

 

 

 

9 commentaires Ajoutez le votre

  1. Djifa Nami dit :

    Bons conseils, je « like »! mais y a rien de mal a faire comme Kady parce qu’on doit vivre avec som temps (et son FB)…. On peut jondre l’utile a l’agreable. Le truc c’est de bien dissocier les 2, quitte a ouvrir un compte separe pour les choses serieuses. Les employeurs potentiels ne vont like ni le ndole ni la nouvelle coiffure …

    1. Tout à fait on doit vivre avec parce que finalement on dira, c’est un mal nécessaire ! Mais s’il faut passer plus de semaines à poursuivre une personne pour ne serait-ce la création d’un compte il y a forcément s’inquiéter lol

      Bien à toi Djifa !

  2. Sophie Sophie dit :

    Je pense que les gens postent « toute leur vie » sur les réseaux sociaux pour donner l’illusion (aux autres) qu’ils vivent la grande vie, le belle vie, etc. Ce qui n’est pas forcément la réalité.
    En gros, ils le font pour mieux déprimer les autres. Enfin … c’est mon avis de non-experte! 😀

    1. lol Oui, certes, un avis de non experte mais tu dis vrai. Bah après, c’est chacun qui gère ses réseaux sociaux et sa vie ! J’espère qu’ils comprendront un jour…

      1. Sophie Sophie dit :

        J’espère aussi. Les réseaux sociaux peuvent être des outils tellement productifs … !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *