Victime de l’écriture « SMS »

Article : Victime de l’écriture « SMS »
3 mars 2015

Victime de l’écriture « SMS »

On peut être adepte des nouvelles technologies. On peut être scotchés au téléphone mobile. On peut être « accros » des messages entre amis.  Cela ne gêne en aucun cas. Ce n’est pas un crime . Ce sont les nouvelles mode de vie et de communication après tout. Mais quand nos « SMS » influent notre orthographe, là il y a problème…

Etre "accros" des SMS ou Textos
Etre « accros » des SMS ou Textos: une réalité

Noura ne sait plus à quel saint se vouer. Saint Texto ou Saint Orthographe ? Vers lequel faut-il se pencher désormais ? A vrai dire, elle est confuse ! Le mobile de la « star » Noura n’excède plus les 24 heures sans qu’il ne se décharge. Rassurez-vous ce n’est pas un problème de batterie. Encore moins parce qu’elle écoute intensément la musique mondaine. Les Short Messages Services (SMS) ou  les « Textos » sont la véritable cause.  Elle « send » en moyenne 200 « textos » par jour à ses amis(es) quand elle n’est pas « trop  inspirée ».  Imaginez le nombre, lorsqu’elle est de bonne pêche.

Ce n’est pas cette passion caractérisée qui dérange. Que nenni ! Mais c’est plutôt l’utilisation abusive des mots abrégés qui est catastrophique. Avec les SMS sur les mobiles  et sur les réseaux sociaux, il faut faire vite. Le temps presse. Il faut abréger rapidement pour réussir à causer avec un maximum d’amis sinon…. Certains trouvent aujourd’hui que cela est « normal ». Bon d’aucuns se disent intérieurement même que ce n’est juste que des « SMS » sans penser aux conséquences.

Noura n’arrive plus à rédiger une simple lettre, une petite dissertation en classe sans abréger les mots ou chercher l’orthographe exacte. Et ses cahiers de cours ? N’en parlons pas. Elle est atteinte du poison ou du virus : abréviation des mots.

Lorsqu’il s’agit de rédiger un rapport de stage ou un mémoire, il nous arrive souvent d’abréger des mots. Lorsqu’ il s’agit d’écrire un article ou un billet sur Mondoblog, il nous arrive d’abréger en mode SMS. Abréger les mots. Oui abréger toujours, abréger chaque fois que c’est possible et que ça nous arrange. Comme on le dit l’habitude est une seconde manière. Cela est bel bien une réalité.

Il y a certaines personnes qui vous diront qu’ils se trompent ou qu’ils s’amusent comme c’est un SMS. C’est faux. Il en est rien de tout cela. Il ignore au fond l’orthographe de tel ou tel mot. Ils mettent tout sur le compte de l’abréviation de mots par SMS.

Qui est réellement Nourra ? Noura c’est moi. Noura c’est toi. Noura c’est nous. Bref, Noura peut-être chacun de nous tous. De grâce, ne faisons pas retourner Molière dans sa tombe ou voulez-vous le tuer alors une seconde fois ?

 

Partagez

Commentaires