J’aurais dû, moi aussi, être un héros

J’aurais dû être, moi aussi, un héros benguiste en France. Très sincèrement, ne riez pas ! Comme mes compatriotes Lassana Bathily et Mamadou Gassama, j’aurais dû être honoré, mais bien avant eux. Je me souviens, il y a trois ans, à Toulon vers le centre commercial Mayol,  j’ai sauvé une personne âgée contre le mistral (un vent fort) qui a failli l’emporter.

Vous me direz que c’était une vieille personne et que sauver un enfant ou un bébé est encore mieux. Vous avez peut-être raison. Toutefois, qu’on soit enfant, adolescent ou adulte, il s’agit toujours d’un être humain. Et même si c’était un animal, comme le chat ou le chien, qui sont des animaux d’ailleurs très prisés par les français, j’aurais été un héros. Parce que j’aurais sauvé une vie.

Moi benguiste et super-héros

Donc sans moi, la vielle dame française qui vacillait allait se retrouver facilement à terre. Cela aurait été une catastrophe ! Imaginez-vous un instant… Il est vrai qu’elle n’avait plus de dents, donc impossible de perdre ses dents… Mais elle aurait pu se cogner la tête ou la nuque ou encore se casser la mâchoire tout simplement. Elle aurait même pu perdre la vie sur le moment. Heureusement que j’étais là comme un super héros, comme Batman ou comme Spiderman, au bon moment et avec les gestes qu’il faut.

Hélas, il n’y avait pas de caméra ni d’appareil mobile autour de moi, personne n’a filmé la scène. Mince alors ! Mes amis Mike et Wilfried n’étaient pas là pour immortaliser la scène ! Je ne sais même pas où ils se trouvaient ces deux-là au moment de l’action. Quand on a besoin d’eux, jamais ils sont présents, jamais disponibles à l’instant « T ». Et voilà, moi super héros, je suis resté dans l’anonymat total. Oups, ou c’est peut-être parce j’étais en province à Toulon et non à Paris ou en île de France ? Mince !

J’aurais été populaire comme Lassana et Gasssama

La vidéo de la scène aurait fait le tour du monde et interpellé le président François Hollande en son temps. J’aurais obtenu la nationalité française pour avoir sauvé une vieille dame de 90 ans. Cet acte de bravoure là aurait suscité un intérêt médiatique fou. J’aurais arraché une centaine d’interviews, fait des plateaux télé,  des émissions de radio, et la Une des journaux et magazines c’est sûr.

J’aurais reçu les vives félicitations du président ivoirien Allassane Ouattara et de tout son gouvernement. Le président ivoirien m’aurait peut-être proposé de rentrer au pays et d’intégrer facilement l’équipe des sapeurs-pompiers d’Abidjan. J’aurais été une fierté pour le peuple ivoirien et un modèle de réussite. J’aurais même été reçu par l’ambassadeur de Côte d’Ivoire à Paris que je n’ai jamais vu, bien que nous vivions sur le même territoire.

La scène n’a pas été filmée, quel dommage !

Malheureusement, la scène n’a pas été filmée et personne ne saura jamais le héros que j’ai été sauf bien sûr le bon Dieu et la bonne vieille dame. J’aurais été le premier ivoirien à être consacré héros en France. On se serait souvenu enfin de moi. On se serait souvenu de ce pauvre étudiant que je suis, disposant d’un titre de séjour d’un an, et qui doit le renouveler chaque année. Certes, ce serait différent de mes compatriotes Lassana et Gassama qui étaient des sans-papiers. Peut-être que certains français auraient moins râlé en sachant que j’avais au moins un titre de séjour, que j’étais en situation régulière avant d’être naturalisé.

Il y a une amie qui a eu le toupet de me dire ceci : « Mon frère, voilà depuis plus de quatre ans que tu es en France, en situation régulière. Tu as étudié et même obtenu un diplôme français. Tu n’as jamais commis d’infractions ni eu de soucis avec la justice française. Mais voilà que tu as toujours un titre de séjour d’un an à renouveler chaque année…et jusque-là tu n’as même pas obtenu la nationalité encore moins la résidence. Voici notre frère Gassama qui, en moins d’un an, a eu sa nationalité. Il n’a même pas fait de rang kilométrique à la préfecture ».

Je lui ai répondu ma sœur : « Est-ce que j’ai été filmé quand j’ai sauvé la vieille de 90 ans il y a trois ans ? Elle a répondu : non ! Et ben voilà, lui ai-je lancé en pleine figure !

La chance sourit à qui elle veut. Bravo Mamadou Gassama !

Ce n’est pas bien grave. De toutes les façons, tout ça c’est du passé maintenant. C’est Lassana et Gassama qui m’ont rappelé cet épisode de ma vie en France. Hommage à tous les « Gassama », qui comme moi, sont tombés et resteront dans l’anonymat à jamais. Certes, le président  Macron a dit que la naturalisation de Gassama était une exception et que ça ne se répétera plus. Oui, mais qui risque rien n’a jamais rien. Peut-être qu’il y aura un troisième malien super héros en France. Qui sait ? Sait-on jamais. La chance sourit à qui elle veut. Bravo Gassama ! Point. Si vous n’êtes pas contents, eh bien allez-vous faire filmer vous aussi en escaladant des étages pour sauver une vie. Un enfant et surtout, à Paris.

PS: Vous voulez lire plus d’articles autour de la diaspora africaine ? C’est ici sur MON BLOG !

4 commentaires Ajoutez le votre

  1. Mawulolo Mawulolo dit :

    Va là bas… Jaloux du succès de Gassama là… 😛
    Et puis c’est Cedeao ou bien Uemoa qui fait de toi le compatriote de Bathily ou Gassama ?
    Sauve tes vieilles là-bas kiakiakiakiakia

  2. Benedicta dit :

    N’est pas super héros qui veut ! En attendant plus d’entraînement pour toi, grimper des étages à la force du bras, ce n’est pas donné !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *