Benji, j’ai changé

Article : Benji, j’ai changé
Étiquettes
21 avril 2016

Benji, j’ai changé

Très cher Benjamin, j’ai beaucoup hésité et réfléchi par sept fois avant de t’écrire. À vrai dire, je ne savais pas trop quoi dire, comment ou par quoi commencer. C’est pourquoi, au moment où j’écris ces mots, j’avoue être très nerveuse. Ce n’est pas très grave. Je me ferai fort d’accomplir ce devoir de mémoire. Benjamin – pardon « benji », je préfère ce nom – sache que j’ai changé. Benji, j’ai changé de vie. Je tiens vivement à partager avec toi ma nouvelle vie, ce nouveau départ de ma vie, parce que, malgré le temps qui s’est écoulé, malgré la distance qui nous séparent depuis plus de deux ans, tu es resté cette personne si chère à mes yeux.

Tu te diras sûrement intérieurement, « qu’est-ce que j’ai à foutre de ta nouvelle vie ? » Je te le concède, tu n’as pas tort. Mais je sais fort bien, au fond de mon cœur, que tu seras fier et heureux de cette nouvelle vie. Car, combien de fois ne m’as-tu pas interpellé ? Combien de fois n’as-tu pas essayé de m’aider ? Combien de fois ne m’as-tu pas conseillé ? Et moi, je restais là, sourde, indifférente à toutes tes démarches.

Aujourd’hui, je voudrais très sincèrement te présenter toutes mes excuses. Je te demande réellement pardon pour tous ces pires moments que je t’ai fait subir volontairement ou involontairement. Tu le sais bien, le problème n’était pas que je ne t’aimais point. Non je t’aimais follement. Ma sœur Yvette et tes amis pourront en témoigner. N’est-ce pas toi mon premier amour, mon premier homme, le premier…à qui j’ai tout donné ?

Prendre le risque de changer de vie
Prendre le risque de changer de vie. Crédit Photo Pixabay.com

Mais il fallait faire avec les réalités qui se présentaient. Après le départ brusque de papa, ça n’allait plus à la maison. Le commerce de Maman ne marchait plus. La pauvreté et la misère frappaient à notre porte. Ils ont fini par la force des choses à être nos meilleurs compagnons. Toi étudiant, tu ne pouvais pas subvenir à mes besoins ni à ceux de ma famille. Raison pour laquelle j’avais finalement cédé aux avances de ce monsieur qui pouvait avoir l’âge de mon Père. Bien sûr, tu me diras que ce n’est pas un alibi, un argument valable, que j’avais largement le choix. Oui, tu n’as pas tort. J’avoue avoir fait un mauvais, un très mauvais choix d’ailleurs.

Changer de vie, n'est souvent pas aisé
Changer de vie, n’est souvent pas aisé. Crédit Photo : Pixabay.com

L’essentiel aujourd’hui benji, est que j’ai changé. Rassure toi je ne l’ai pas fait pour toi. Je l’ai fait pour MOI. Tu n’imagines pas comme j’ai souffert pendant tout ce temps.
Je me sens à présent très bien dans ma peau. Benji, je suis enfin libre. Libre, benji, tu comprends ça ? Benji, c’est comme si j’avais été emprisonnée, séquestrée… Je peux enfin me regarder dans le miroir lorsque je me retrouve seule dans la chambre. Je peux broncher un mot sur le débat des filles qui ont des relations basées sur les intérêts.
A présent je respire la vraie liberté. Bref, je suis MOI.

Pourtant, je l’avoue ça n’a pas été facile. Pas facile du tout ! Il m’a fallu décider finalement. Et, crois moi, ça n’a pas été de tout repos. Prendre mon courage à deux mains pour braver tout cela. Braver la réaction de ma mère qui est à l’origine de cette situation.
Ne me demande pas comment je ferai pour subvenir aux réalités de la vie, maintenant que j’ai tout abandonné. Je ne sais pas trop. En revanche, ce que je sais, c’est que j’ai pris le risque de changer de vie. Quel que soit ce qu’il adviendra.

J’espère que cette nouvelle te réjouira toi qui souhaitais tant que je redevienne la fille que tu avais connue. La belle fille douce, respectueuse, pieuse et vertueuse que tu chérissais.
C’est vrai que ça ne pourra plus marcher entre nous. Mais je ne cesserai de te porter et de te compter dans mon coeur. Retiens toutefois ceci : benji, j’ai changé !

Tati..!

NB : Ce texte s’inscrit dans le cadre du dernier challenge du #TBC. Challenge qui a pour thème ce mois  » Prendre le risque de changer de vie« . J’ai tété heureux de partager cette belle expérience avec mes amis blogueurs durant ces six mois.

Mais n’oubliez surtout pas de faire un tour chez mes autres amis challengers. Ils ont aussi de très bons textes à partager avec vous !
Elieko
Le Tchoupinov
Leyopar
Samantha

Retrouvez tous mes billets en rapport avec le #TBC, ci-dessous :

  1. – MA PLUME POUR LE #‎TBCS3E0‬ 
  2. – ET POURTANT…C’EST UNE VIEILLE FILLE 
  3. – VIENS VOIR COMMENT ON FÊTE NOËL CHEZ NOUS
  4. RÉSEAUX SOCIAUX : FAITES LE BON CHOIX
  5. COUP DE PLUME: DAME ÉCRITURE, ENIVRE MOI
  6. SI J’ÉTAIS UNE FEMME…
Partagez

Commentaires

ClaudiaM
Répondre

C'est joli quand même ce texte

Benjamin Yobouet
Répondre

Merci quand même lol ! Et surtout d'être passée par ici.

Bien à toi.

tchOupinOv
Répondre

On retient que tu as une ancienne petite qui s'appelait Tati! Le jour où elle va voir que tu l'as affiché ici elle va t'écrire l'autre lettre pour te dire que l'amitié est fini!!! Mdrrrr

Benjamin Yobouet
Répondre

Hahaha, on t'as même demandé? Hein? Laisse Tati où elle est lol - Tchoupi le fou :D

SORO
Répondre

A la place de Tati, je n'aurai pas osé prendre autant de risque pour juste changé.
Le texte me touche profondement, beau texte.

Benjamin Yobouet
Répondre

Oui, j'avoue et je comprends également ce "risque".
Mais n'est-ce pas là un mal nécessaire - ou plutôt l'acquisition de la liberté, dignité...?
Merci très cher Soro pour ta contribution. Ce texte t'a "touché"? Tant mieux...Au plaisir de nous retrouver !

leyopar
Répondre

Bien sur c'est toujours la femme qui fait un truc et qui doit changé grrrrr. j'adore la profondeur du texte....

Benjamin Yobouet
Répondre

Lol Pas toujours la femme mais ce texte a voulu que l'auteur principal soit une femme lol. Merci d'être passée Leyo.
Prochainement ce sera sur toi et là tu vas grrrrrrrr véritablement krkrkrkr.

Bien à toi, cordialement !

Sarah Djité
Répondre

Benjamin dh le texte est profond je me sentais dans réalité de ses paroles la bonne nouvelle c'est qu'elle est changer et la mauvaise c'est que tu ne soit plus là toi qui voulait tant qu'elle soit ce qu'elle maintenant.