Titre de séjour, la frustration silencieuse

Article : Titre de séjour, la frustration silencieuse
5 novembre 2019

Titre de séjour, la frustration silencieuse

Dans trois mois, mon titre séjour va expirer. Et pourtant, ma frustration a déjà commencé depuis plusieurs semaines. Ça a commencé par l’interpellation de mon employeur. Eh oui ! Un lundi matin au travail, je rayonnais de joie. C’est une attitude, ou si vous voulez, une astuce pour moi de bien débuter chaque semaine. 

via GIPHY

Comme je vous le disais, je rayonnais de joie ce lundi matin. Et voilà que je reçois un message de notre responsable des ressources humaines. Son message était clair, précis, court et surtout courtois. Elle voulait savoir si j’avais prévu de renouveler mon titre de séjour parce que me dit-elle « votre titre de séjour arrive à expiration, on ne pourra pas vous garder au-delà… ». 

via GIPHY

Être informé de l’expiration de son propre titre de séjour

Si je comprends bien, selon les propos de ma responsable, j’avais peut-être oublié que mon propre titre de séjour allait expirer ? C’est ça ? Voilà ce que j’appelle frustration, surtout avec cette « menace » de renvoi bien emballée. Non, chère Madame, je n’ai pas oublié, je sais bien que je dois renouveler mon fameux titre de séjour. J’ai même pris le soin de prendre rendez-vous six mois à l’avance à la préfecture car sait-on jamais. 

C’est avec ces quelques mots que j’ai pu convaincre ou rassurer mon employeur. Oui, parce qu’elle avait besoin d’être rassurée. En vrai, je ne lui en voulais pas du tout. Ce n’est pas sa faute. C’est le système français qui le voulait ainsi. Pas de titre de séjour, pas de travail. Pas de travail, pas de séjour. 

via GIPHY

Je n’avais pas fini de digérer cette frustration que voilà la Caisse d’allocation familiale (CAF) qui me communique une information capitale. « Merci de renouveler votre titre de séjour pour traiter votre dossier et ouvrir vos droits » à la prime d’activité. J’avais encore droit à l’aide au logement (APL) mais que jusqu’à la veille de la date d’expiration de mon titre de séjour. C’est évident !

Merci de renouveler votre titre de séjour…frustrant !

Je parie que la banque me dira la même chose si jamais je me hasarde à demander un prêt ou souscrire à un crédit. « Merci de renouveler votre titre de séjour, la durée de votre séjour ne couvre pas la période du prêt… » Même son de cloche si je me dirige vers la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) pour un renouvellement.

C’est comme ça chaque fois que votre séjour arrive à expiration vous avez droit à une frustration polie et directe. Chaque fois que vous vous présentez à un service public quelconque, on vous demandera en premier votre titre de séjour si vous êtes étranger. Lorsque la personne à l’accueil se rendra compte que ce titre arrive à expiration, elle vous regardera comme si vous reveniez d’une autre planète. 

C’est frustrant ce genre de regard, c’est frustrant ce genre d’attitude, c’est frustrant ce genre de traitement. Attention, je ne parle pas de racisme, mais plutôt de FRUSTRATION.

Le récépissé ne règle pas la frustration

« Et le récépissé ? », me demande-t-on alors, en faisant référence à ce document qui prouve que vous avez un titre de séjour en cours de « fabrication »… Cela ne règle pas vraiment le problème, c’est souvent encore pire parce que ce n’est pas tout le monde qui le considère comme un titre de séjour authentique. Alors qu’il est délivré par la même préfecture. Pis, le nombre de jours est d’ores et déjà déduit de votre séjour qui n’est pas encore prêt, qui vous sera remis dans les mois suivants.

Vous savez ce qui est le frustrant ? C’est qu’on oublie très vite que vous aviez eu il y a quelques mois ou années un titre de séjour conforme avec une durée qui court sur de longs mois. À peine il arrive à expiration, on enclenche le compte à rebours. Et croyez-moi, ce sera comme cela jusqu’à ce qu’un jour vous obteniez la nationalité ou la résidence (titre de séjour de 10 ans). A ce moment-là, vous pourrez pousser un vrai ouf de soulagement, vous vous direz fièrement adieu frustrations, bonjour Liberté, Fraternité, Égalité !

Partagez

Commentaires